Bouton parler à Wilson

Mission Emploi Handicap de CGI : Penser la diversité des profils, des parcours et des formations pour plus d'inclusion

Mission Emploi Handicap de CGI : Penser la diversité des profils, des parcours et des formations pour plus d'inclusion
Magali Fabre, Responsable Mission Emploi Handicap
publié le 11 janvier 2019
Rencontre avec Magali FABRE, Responsable Mission Emploi Handicap chez CGI 
 

POUR QUELLES RAISONS L’OBJECTIF DES 6% N’EST-IL TOUJOURS PAS ATTEINT CHEZ CGI ?
Le contexte socio-économique du handicap est le suivant : pour être reconnu Travailleur Handicapé (TH), il faut avoir une RQTH. La majorité des personnes faisant cette démarche administrative possède un niveau d’étude inférieur au baccalauréat. Chez CGI, nous recrutons des diplômés aux compétences opérationnelles immédiates. Il existe logiquement un écart très important entre les personnes TH disponibles sur le marché du travail et les profils que CGI et la majorité de ses clients recrutent. En conséquence, 2,5% d’emploi de travailleurs handicapés constitue une performance.

DES SOLUTIONS SONT-ELLES POSSIBLES ?
Nous sommes sur un sujet de conduite du changement à plusieurs niveaux. Le contexte nous incite à revoir nos critères et à penser « diversité » des profils, des parcours, des formations. Cela passe par des convictions à partager collectivement et avec nos clients. Cela nécessite des moyens dédiés à l’accompagnement du changement, comme la formation ou la communication. De nouveaux interlocuteurs nous aident à progresser comme les entreprises adaptées, les centres de formation ou les universités qui constituent des passerelles et aident à la montée en compétences. En interne, c’est aussi à nous de changer l’image du handicap, de montrer par des actes que la RQTH ne constitue pas un frein à la carrière de nos collaborateurs. Cela prend du temps et s’appuie sur des expériences réussies.

QUELS SONT LES ENJEUX POUR CGI ?
CGI en France est marquée par le passage à l’an 2000 quand l’augmentation des besoins du secteur a conduit à former à l’informatique des profils très diversifiés. Cette histoire a démontré qu’il est possible et nécessaire de faire preuve d’ouverture d’esprit et d’imagination. Mais surtout que l’on peut en tirer des résultats inespérés. Aujourd’hui, c’est le rapport à l’emploi qui a changé avec la volonté de s’épanouir, de s’engager, de donner du sens. Le handicap, la diversité, la responsabilité sociale peuvent apporter matière à nombre de collaborateurs désireux de dépasser leurs missions. On parle maintenant de « Tech for Good » comme l’opportunité d’associer intelligence collective et technologie aux enjeux sociétaux et environnementaux.

ALORS POURQUOI AGIR ?
Parce que nous avons l’opportunité d’initier le mouvement plutôt que de le suivre et que nos premiers pas démontrent que nous sommes dans la bonne direction.

 
Source : Le Figaro PRINT du 20/11/2018