“Les missions confiées à nos collaborateurs en situation de handicap sont identiques à celles des autres salariés“

Dominique Bellotti, Responsable Opérationnel et Financier de contrats d’infogérances
publié le 03 juin 2013
Devoteam, groupe de conseil en technologies de l’information et de la communication, partenaire de référence de la transformation IT de ses clients, a signé en mai 2012, un accord en faveur de l’insertion professionnelle des personnes en situation de handicap. Dominique Bellotti, Responsable Opérationnel et Financier de contrats d’infogérances, nous fait part de son expérience en tant que manager d’un collaborateur en situation de handicap.

Quelles sont vos fonctions au sein  de Devoteam ?
 
Je suis responsable opérationnel et financier pour huit contrats d’infogérances. J’encadre environ quatre vingt personnes réparties sur toute l’Europe. Nous travaillons également sur plusieurs autres contrats en mode back up pour assurer la continuité de service pour le support bureautique des matériels informatiques.
 
Comment est perçu le handicap au sein de votre service ?

Au sein de mes équipes, il n’y a aucun préjugé face au handicap. Nous avons actuellement un collaborateur en situation de handicap qui s’est parfaitement intégré au dispositif et qui  est considéré au même titre que les autres collaborateurs.
 
Quelles actions de sensibilisation mettez-vous en place au sein de l’entreprise pour éviter les éventuels stéréotypes et préjugés ?

En France, nous avons une mission handicap qui met régulièrement en place des actions de sensibilisation auprès de l’ensemble des collaborateurs, (lire l’interview de M. Arnaud Dormeuil, Responsable Mission Handicap Devoteam). En ce qui concerne mes équipes, nous avons demandé aux proches collaborateurs et aux responsables de sites de ne pas faire de différence et nous avons mis en place des formations spécifiques au handicap. Nos clients ont été également prévenus.  
Comment se déroule l’intégration d’une personne en situation de handicap ?

Les missions confiées à nos collaborateurs en situation de handicap sont identiques à celles des autres salariés. Bien évidemment cela dépend aussi du profil du salarié et de son handicap, dans le cas de mon collaborateur direct, l’intégration s’est très bien déroulée car il possède les qualifications nécessaires et le même niveau technique que les autres salariés.
Sinon, nous travaillons en relation avec la médecine du travail et en cas de besoin nous pouvons mettre en place des aménagements  d’horaires et de postes de travail. Pour lui, nous avons simplement adapté ses missions en fonction de son lieu d’habitation afin de réduire au maximum ses déplacements.

Pensez-vous qu’une personne en situation de handicap peut apporter une nouvelle dynamique au sein d’une équipe voire de l’entreprise ?

Oui complètement,  cela permet de motiver l’ensemble des collaborateurs.
 
Quelles difficultés rencontrez-vous ?

La principale difficulté est de s’assurer que le niveau de qualification du salarié correspond au poste proposé. C’est pour cette raison que la formation et un suivi régulier sont très importants.
 
Aussi bien sur le plan humain que professionnel, qu’est-ce que cela vous apporte d’encadrer des personnes en situation de handicap ?
 
C’est une très grande satisfaction personnelle et professionnelle d’encadrer une personne en situation de handicap qui est en adéquation avec la fonction qu’il occupe, et surtout qui se sent à l’aise avec les différentes missions qui lui sont confiées.
 
Avez-vous des conseils à donner pour avoir les bonnes attitudes managériales ?
 
Le plus important est d’anticiper les différentes situations, notamment de bien préparer l’arrivée du candidat et de s’assurer qu’il dispose de la même formation que ses collaborateurs. La compréhension et le relationnel sont également des aspects primordiaux pour une bonne communication entre le manager et le collaborateur en situation de handicap ou non.



Propos recueillis par Olivier Angelini