“Ce bilan de compétences m’a permis d’avoir un accompagnement professionnel et psychologique“

Pascal Kazmierczak, Consultant en informatique
publié le 03 avril 2014
Pascal Kazmierczak a 50 ans, il travaille depuis huit ans au sein de la société Devoteam en tant que consultant en informatique, où il réalise des missions pour des clients. En 2012, après qu’on lui ait annoncé qu’il était atteint d’une Sclérose en Plaques,  il décide de réaliser un bilan de compétences pour faire le point sur ses connaissances et ses capacités. Une action qui lui a permis notamment de mieux accepter sa maladie. Interview. 

Pouvez-vous nous parler de votre parcours ?
 
Je travaille depuis huit ans en tant que consultant en informatique au sein de la société Devoteam, et depuis une trentaine d’année dans le secteur informatique. Après avoir effectué un BTS en fabrication mécanique, j’ai finalement opté pour le domaine informatique, qui était en pleine expansion à cette époque. C’est en 2012, que l’on m’a annoncé que j’étais atteint d’une Sclérose en Plaques. La maladie s’est déclenchée suite à un effort physique intense lors d’un voyage touristique, j’ai eu ce que l’on appelle une poussé de Sclérose en Plaques, je ne pouvais marcher qu’avec difficulté. Par la suite, j’ai rencontré la médecine du travail qui m’a conseillé notamment de faire une demande de RQTH pour bénéficier d’une carte prioritaire pour réduire la station debout dans les transports en commun.

Vous avez réalisé un bilan de compétences dans quel cadre cette action s'est-elle déclenchée ?
 
C’est la médecine du travail qui m’a redirigé vers la mission handicap de Devoteam et notamment vers son responsable, M. Arnaud Dormeuil. Lors de notre premier entretien, nous avons parlé de ma situation professionnelle et de mon handicap. Je l’ai informé que je souhaitais réaliser un bilan de compétences pour identifier et définir mes capacités professionnelles. Pour l’instant la maladie ne m’empêche pas de travailler normalement, mais elle peut évoluer et entrainer des difficultés d’apprentissage, de concentration et d’organisation.

Qu’attendiez-vous de cette démarche ?
 
Par cette action, je voulais vraiment me repositionner au sein de Devoteam. Mon objectif n’était pas de me reconvertir ou de changer d’entreprise, mais j’avais besoin de faire un état des lieux de mes connaissances et de mes capacités par rapport à mon handicap mais aussi de mon âge.

Pouvez-vous nous décrire les différentes étapes ? Et combien de temps dure un bilan de compétences ?
 
La première étape a été de bien choisir l’organisme. Il est préférable d’en sélectionner au moins trois pour trouver celui qui correspond le mieux à ses attentes. Pour ma part, la mission handicap de Devoteam m’a conseillé de prendre une structure avec des consultants spécialisés dans l’emploi des travailleurs handicapés, pour que mon handicap soit pris en compte dans mon bilan professionnel.

Après avoir testé deux établissements, cela m’a paru évident de travailler avec une personne sensibilisée au handicap. Par la suite, j’ai eu un premier rendez-vous de présentation avec une consultante, où nous avons mis en place une méthodologie et un planning de travail. Nous avons fixé des rendez-vous de 2 heures, de mai à novembre 2013, en fonction de mon emploi du temps chez mon client ce qui correspond à un total de 20h.

Que fait-on concrètement lors d'un bilan de compétences ?
 
Pendant les entretiens, nous avons analysé mon parcours scolaire et professionnel, nous avons visité mon lieu de travail, ainsi que mon poste de travail pour anticiper des éventuels aménagements. Ces entretiens sont de véritables moments d’échanges, je parlais de mon travail et des difficultés que je pouvais rencontrer à cause de ma maladie. A titre d’exemple, la consultante m’a proposé d’utiliser régulièrement un agenda pour palier mes pertes de mémoires et j’ai passé des tests pour évaluer ma mémoire.

A l’issue du bilan de compétences, on m’a remis une synthèse, qui définie un plan d’actions, met en évidence mes connaissances et mes capacités professionnelles, mais aussi les différents postes intéressants et correspondant à la prise en compte de mon handicap. Ce bilan de compétences m’a permis d’avoir un accompagnement professionnel et psychologique, la consultante m’a également convaincu de commencer mon traitement pour éloigner les prochaines poussées de la Sclérose en Plaques pour maintenir ma condition physique.
 
Etes-vous satisfait de ce bilan et quels sont vos projets ?
 
Oui, je suis pleinement satisfait de cette action entièrement financée par la mission handicap. C’était important pour moi de me remettre en question à mon âge notamment vis à vis de la maladie. Cela m’a permis également d’accepter plus facilement mon handicap.

Concernant mes projets, je termine actuellement une mission chez un client et je devrais rencontrer prochainement les ressources humaines pour effectuer un entretien de seconde partie de carrière qui entre dans le cadre du contrat de génération. Par ailleurs, la synthèse de ce bilan de compétences me sera très utile pour définir un plan de formation, dans le choix de nouvelles missions et m’apporter une clarté pour la suite de ma carrière professionnelle.  


Propos recueillis par Olivier Angelini