Bouton parler à Wilson

Emploi de personnes handicapées : le secteur informatique est à la traîne

Emploi de personnes handicapées : le secteur informatique est à la traîne
publié le 17/11/2010

Une conférence organisée par Ariane Conseil a été l'occasion de rappeler les obstacles rencontrés par les personnes handicapées pour se faire embaucher dans l'informatique. Quelques pistes ont aussi été avancées pour faire bouger les choses.

En matière d'emploi de personnes handicapées, certaines entreprises sortent du lot, avec un engagement qui remonte déjà à plusieurs années et des résultats concrets sur le terrain.

Malheureusement, ces cas ne reflètent pas la réalité du secteur. Dans les entreprises informatiques, les personnes handicapées représentent 0,58 % des effectifs, alors que la loi impose un taux de 6 % (pour les sociétés de vingt salariés et plus). Ces sociétés sont aussi à la traîne par rapport aux autres entreprises privées françaises, où ce même taux atteint 2,9 %. Tels sont les principaux constats de la conférence organisée par Ariane Conseil.

Plusieurs raisons expliquent ce retard. « Dans les PME, les actions de l'Agefiph sont à peine connues. Du coup, ces entreprises ne font même pas appel aux aides dont elles pourraient bénéficier et se tournent aussi très peu vers le secteur protégé », affirme Sylvain Gachet, directeur des grands comptes de l'Agefiph. Elles peuvent pourtant remplir une partie de leur obligation d'emploi de personnes handicapées en sous-traitant avec ce secteur, qui comprend par exemple des SSII et des sociétés de démantèlement du matériel informatique.

 

Lutter contre les stéréotypes


Autre frein, la pénurie de candidats handicapés : 80 % d'entre eux ont un niveau inférieur au bac, alors que le secteur informatique recrute majoritairement des bac + 5 et qu'il compte dans ses effectifs près de trois quarts de bac + 2 ou plus, selon Ariane Conseil. Sans compter la concurrence avec les autres secteurs, eux aussi en quête de ces profils.

Enfin, les réticences sont aussi d'ordre culturel. Les stéréotypes demeurent : peut-on recruter des personnes handicapées pour des métiers aussi exigeants que les nôtres ? résoudre les problèmes d'accessibilité et de déplacement ? placer un travailleur handicapé chez le client ? Autant d'interrogations renforcées par une culture de la performance et du résultat.

Pour autant, les choses avancent. Le plus dur, rappelle un intervenant dans le public, est de se lancer, et la loi Handicap 2005 ainsi que l'instauration de politiques citoyennes dans les entreprises ont contribué à accélérer la prise de conscience. Certaines entreprises du secteur – comme Steria, Assystem ou Devoteam – ont signé, ou s'apprêtent à le faire, des conventions (de un à deux ans). D'autres comme Cap Gemini, Atos Origin Infogérance, Logica, Dell, HP ou Dassault Systèmes ont déjà conclu des accords (pour trois ou cinq ans).

 

Diversifier les méthodes de recherche des candidats


L'une des pistes avancées, lors de cette conférence, pour encourager l'emploi des personnes handicapées concerne le recrutement et surtout le « sourcing », pour reprendre un terme du jargon RH qui signifie la recherche de candidats. Ces dernières années, les méthodes de sourcing se sont bien diversifiées, comme en témoigne la floraison de sites spécialisés pour les personnes handicapées. Les entreprises multiplient aussi les actions auprès des universités et des écoles, à l'image des forums de recrutement spécialisés. L'incitation à la cooptation et les contrats en alternance sont d'autres moyens – originaux – de favoriser l'embauche de ces candidats. Et, dans l'entreprise, former les recruteurs peut les aider à changer leurs habitudes.

La formation reste en effet un levier important pour aller plus loin dans l'insertion de ces personnes. C'est le pari d'Atos Origin, par exemple, qui forme des candidats durant six ou sept mois à ses métiers, ou de Dassault Systèmes, qui propose aux étudiants ou demandeurs d'emploi handicapés de suivre gratuitement une formation à l'utilisation de la 3D. Certains candidats issus de filières non informatiques (langues étrangères, etc.) peuvent aussi très bien être convertis à ce domaine…

 

source : https://pro.01net.com

 

Cliquez ici pour accéder à toutes nos offres d emploi handicap