Emploi et Handicap, la Cour des comptes polémique sur "l'utilité" des organismes d'insertion

publié le 09/01/2018
Gestion « coûteuse et mal maîtrisée », « une impasse financière » dans un rapport publié ce lundi, la Cour des comptes pointe du doigt la gestion des fonds consacrés à l'emploi de personnes handicapées, secouant l'Agefiph et le FIPHFP. 

Dans son référé rendu public ce lundi, la Cour des comptes s’interroge sur le fonctionnement des deux organismes d'insertion professionnelle pour les personnes handicapées, recommandant au gouvernement de "recentrer" les priorités et de s'interroger sur leur utilité.

« Il convient de s'interroger sur l'utilité même de ces fonds et sur le bien-fondé des principes qui sous-tendent leur action », écrit-elle dans son rapport.

Le référé pointe du doigt "la faible valeur ajoutée" de ces organismes, qui interviennent essentiellement comme "de simples financeurs", et regrette l'absence depuis 2011 d'une convention d'objectifs passée entre l'État et l'Agefiph.

 
Face à ce constat, la Cour des comptes apporte quatre recommandations :

 

  1. « Redéfinir les objectifs de la politique d'insertion professionnelle des personnes handicapées à partir d'une analyse précise des besoins,
 
  1. Déterminer le financement nécessaire de cette politique sur le long terme et fixer en conséquence les modalités de la contribution à la charge des employeurs privés et publics,
 
  1. Évaluer l'intérêt de maintenir le Fiphfp plutôt que, par exemple, mettre en place des mécanismes d'affectation directe de crédits,
 
  1. Recentrer l'Agefiph sur des missions spécifiques, établies en complémentarité avec les dispositifs de droit commun. »
 

Dans un communiqué, l'Agefiph « prend acte » de ces recommandations « qui nourriront utilement la démarche de transformation » qu'elle affirme avoir « d'ores et déjà engagée » dans le cadre de son plan stratégique défini en février 2017.

 
Affaire à suivre…